mardi 31 décembre 2013

Bonne Année 2014


Bonne Année 2014 de la part d'OfCourseMiami.com
Merci et à l'année prochain ;) 
www.ofcoursemiami.com

jeudi 19 décembre 2013

Les règles de la Location en Floride


Les règles en Floride concernant la location sont les suivantes :


- Les baux sont de 1 an maximum et renouvelable chaque année.

- Lorsque vous  trouverez un appartement ,vous signerez d'abord ce qu' on appelle un " contract to lease "  c' est à dire une  offre au propriétaire, puis une fois cette offre acceptée, vous et le propriétaire signerez un «  lease », soit le contrat de bail définitif.

- Dans tous les cas le propriétaire vous demandera de verser: le 1er mois de loyer // le dernier mois de loyer // et 1 mois de caution.
Vous aurez donc à débourser le montant de votre loyer mensuel X 3 (si par exemple votre loyer est de $1000, il faut faudra donc payer $3000 d’avance).
Ces conditions sont standards et obligatoires pour toutes locations.

* Attention : Les propriétaires sont malheureusement frileux vis avis des locataires "étrangers" sans références aux Usa.
Nous suggérons à nos clients étrangers de payer 1 ou 2 mois de loyer d'avance (en plus du 1er mois, de la caution et du dernier mois) pour rassurer le propriétaire et donc faciliter la transaction.
Il faut savoir que le marché de la location est très vif à Miami et que les appartements en location ne restent  pas longtemps vacants.

- En tant qu’agent immobilier vous représentant nous négocierons votre bail avec les   "listing agents"  (agents représentant les propriétaires). Nous n'avons jamais de contact direct avec les propriétaires. Les annonces sont parfois dépourvues de détails et de photos en raison du manque de professionnalisme de certain listing agents.

-Il faut compter en moyenne  15 jours pour sécuriser un appartement. Au moment de  la signature du bail, il faudra verser un mois de loyer (caution) au propriétaire, sur un compte séquestre (soit celui d’un avocat soit celui de l’agence) et surtout pas, ni sur celui du  propriétaire ni sur le compte personnel de l'agent immobilier.

-Pourquoi 15 jours en moyenne ?, parce que dès le bail signe (dans le cas d’une location d’appartement ou d’une villa dans une communauté), il vous faudra remplir un formulaire demande par la « condo association » (syndic  de copropriété) et attendre son approbation ce qui peut prendre quelques jours.  Vous devrez aussi  accepter et signer les règles de la copropriété. En même temps que le dépôt de ce formulaire seront en général associe des petits frais pouvant aller de $100 à $200.

-    Le jour de la prise de  possession de votre villa ou appartement  faites un l’état des lieux .Que le bien soit  meuble ou pas Il doit être fait méticuleusement. Chaque problème, remarque, défaut,  doivent être soigneusement notés,  photos a l'appui.  Cet état des lieux devra être ensuite signe par vous et par le propriétaire. Si vous remarquez un élément négatif nouveau quelques jours après votre entrée dans les lieux, avertissez immédiatement votre agent immobilier par email et conservez votre email avec le document d’état des lieux.  Plus un état des lieux sera détaillé et fait sérieusement moins de problèmes iglous aurez  a la sortie.

-    Notre commission sera payée par le propriétaire et non par vous.

-    Vous devrez vous préoccuper du renouvellement de votre bail, minimum 1 mois avant la fin en avertissant votre agent de votre décision, que vous restiez dans les lieux ou pas. Si vous restez attendez-vous à une petite augmentation de loyer. Si vous partez n’oubliez de faire un état des lieux de sortie. Le propriétaire aura entre 15 jours et 3 semaines après la date de votre sortie pour vous rendre votre caution.


Pour rappel, nous avons accès, grâce au MLS,  à tous les biens en location, sur le marché donc vous n'aurez besoin que d'un seul interlocuteur/agent immobilier pour vous aider à trouver votre « Home sweet Home ».

Brigitte Respaut Clément
ofcoursemiami@gmail.com

vendredi 13 décembre 2013

Brigitte Respaut Clément Top agent Sterling at Equity Realty LLC

Awards 2013 from Sterling Equity Realty 

Brigitte Respaut Clément a été récompensée hier soir lors de la soirée annuelle de Sterling Equity Realty.
"Merci à vous, chers clients d’ofcoursemiami.com , car c'est à vous que je dois ces récompenses. "

Meilleur agent 2013 en nombre de locations




















 Meilleur agent 2013 en nombre de transactions



















Meilleur agent 2013 en volume de chiffre d’affaire 


jeudi 12 décembre 2013

Les Etats-Unis, pays le plus compétitif au monde


Les Etats-Unis ont retrouvé en 2013 leur place de numéro 1 dans les pays les plus compétitifs du monde, selon le rapport annuel de l'IMD (Institute for management Développement) de Lausanne. Trois raisons sont avancées par l'IMD pour expliquer cette première place : "un secteur financier en rebond, une abondance d'innovations technologiques et des sociétés performantes".
En 2012, Hong-Kong occupait la 1ère place, suivie par les Etats-Unis, puis la Suisse. Cette année, on retrouve les trois mêmes pays, mais dans un ordre différent : les Etats-Unis sont en tête, suivis par la Suisse et Hong-Kong. La Suède occupe le 4e rang et le Japon le 24e.
LA FRANCE 28EME
En Europe, les pays les plus compétitifs ont été la Suisse (2e), la Suède (4e) et l'Allemagne (9e). La France occupe la 28e place. Comme l'année dernière, le reste des pays l'Europe souffre des programmes d'austérité, qui retardent leur redressement, indique l'IMD. Sur les 30 premiers du classement, il y a 10 pays de l'UE. La France est juste devant l'Islande et le Chili, mais derrière la Thaïlande (27e). En 2012, la France était 29e et, en 1997, première année où le classement concerne à la fois les pays développés et émergents, elle était 22e.
Les économies émergentes ont connu des fortunes diverses en 2013. La Chine (21e) et la Russie (42e) ont amélioré leur classement alors que l'Inde (40e), le Brésil (51e) et l'Afrique du Sud (53e) ont reculé. Les économies émergentes restent largement dépendantes du redressement économique mondial, qui semble retardé.
Pour leur classement annuel, les économistes de l'IMS passent au crible plus de 300 critères, études et données statistiques. Pour la première fois cette année, qui marque le 25e anniversaire de ce classement, l'IMD donne les principaux gagnants et perdants de la compétitivité depuis 1997, soit les pays qui ont gagné ou perdu 5 rangs ou plus. Les gagnants sont la Chine, l'Allemagne, Israël, la Corée du Sud, le Mexique, la Pologne, la Suède, la Suisse et Taïwan. Les perdants, soit ceux qui ont reculé de 5 rangs ou plus, sont l'Argentine, le Brésil, le Chili, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Islande, l'Irlande, l'Italie, le Japon, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Nouvelle Zélande, les Philippines, le Portugal, l'Afrique du Sud, l'Espagne, le Royaume-Uni et le Venezuela.
La croissance du PIB révisée à 2,4 % au 1er trimestre

La croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) américain au premier trimestre s'est établie à 2,4 % en rythme annualisé de janvier à mars, a annoncé jeudi le département du Commerce qui a révisé en léger retrait de 0,1 point sa première évaluation. Cette deuxième estimation de la croissance du PIB des Etats-Unis est un peu moins forte que la prévision médiane des analystes qui tablaient sur le chiffre inchangé de 2,5 %.

Au quatrième trimestre 2011, l'économie américaine s'était figée affichant une modeste croissance de 0,4 % après un troisième trimestre en hausse de 3,1 %. La révision en léger retrait s'explique par des augmentations moins fortes que précédemment estimées dans les exportations, les importations et les achats de stocks, indique le communiqué du ministère qui ajoute toutefois que "le tableau général de l'activité économique ne s'est pas vraiment modifié".

Source Lemonde.fr


jeudi 5 décembre 2013

Art Basel 2013 Miami





"Hôtels, terrasses, édifices ou encore halls de restaurants: toute la ville de Miami Beach s'est transformée en galerie d'art éphémère à l'occasion de la foire internationale d'art contemporain Art Basel, qui ouvre jeudi.
Artistes, marchands, millionnaires ou simples amateurs d'art du monde entier vont se presser jusqu'à dimanche dans la célèbre station balnéaire du sud de la Floride pour la douzième édition de cette foire, créée en 1970 à Bâle, et qui s'est exportée à Miami et à Hong Kong."
 Source Lepoint.fr

Art Basel Miami, la plus grande foire d' art contemporain au monde avec Art Basel a Bâle,  est devenue absolument incontournable:

Cette semaine Miami est à nouveau en folie.
Plus de 20 expositions d’Art sont à visiter entre Miami Beach, Wynwood , Art District et Miami Downtown, présentant des œuvres toutes aussi intéressantes, passionnantes, surprenantes, fascinantes les unes que les autres.
Les plus grands collectionneurs  affluent de tous les coins de la planète pour cet événement sensationnel.

Autour des salons d’exposition, les  musées d'art locaux, les organisations d'art à but non lucratif, les galeries privées,  les ateliers d'artistes, les rues devenues piétonnes pour l’occasion participent aussi à la fête.
Art Basel Miami Beach Convention center  est la plus grande des expositions et la plus prestigieuse aussi de toutes avec plus de 250 exposants.
.
Art Miami, dans  Wynwood / Art District est une autre grande foire d'art et la plus ancienne. Vous y trouverez également   Miami projet, Spectre, Brésil Art Fair et Red Dot. La plupart des galeries d'art permanentes de Miami et les grandes collections d'art privées sont  situées aussi  dans ce même quartier.

A ne pas manquer non plus Pulse Miami, situé au Palais de glace près de Wynwood Art District, et la foire Art Miami River, au centre-ville dans le Miami Convention Center / James L. Knight Center.

Sachez-le vous n’aurez jamais assez de jours pour tout voir et tout savourer….

Durant art Basel nous avons fait deux très sympathiques rencontres: 

Joel Moens de Hase et Elodie Couturier 




Nous avons eu le plaisir de recevoir cette semaine dans nos bureaux Joel Moens de Hase venu en tant qu’exposant:

  
Au premier abord, un tout uniforme et parfaitement esthétique, un hommage à la féminité. Des photographies sensuelles, révélant en pleine lumière des dessous féminins. Un mince tissu dissimulant une intimité. Le fantasme prend forme, cette femme sans visage en montre peu et tellement à la fois…
Un œil plus averti découvre ensuite la subtilité de l’image, celle-ci étant réalisée à partir de milliers de vignettes juxtaposées. Une mosaïque d’innombrables clichés érotiques, empruntés au web.
L’œuvre de Joël Moens de Hase, c’est une transposition d’images érotiques virtuelles sur un support bien réel. Sa démarche est de s’intéresser au support internet et à sa relation avec le monde de l’art. Des frontières apparemment bien marquées et qui pourtant offrent de nombreux échanges possibles... 
nous vous laissons découvrir quelques unes de ces œuvres plus qu’originales :) http://www.joelmoens.com




Durant les 5 jours d'Art Basel s'est déroulée la vente aux enchères de Fine Art Auctions Miami (FAAM), les invités de marque étaient nombreux.

Elodie Couturier , une française installée à  Miami co-fondatrice de appraise-art.com et de expertisez.com a fait partie des prestigieux co-organisateurs présents. Spécialisés dans l'estimation, la certification et le conseil en vue de vente des oeuvres d'art, son rôle aura été essentiel lors de cet événement de grande ampleur, puisqu'il a été proposé des oeuvres d'une valeur considérable et a convié bon nombre de ses clients les plus importants.



La vente a été un véritable succès, riche en animation, avec de nombreuses enchères dans la salle, mais aussi via internet et par téléphones.
La plupart des lots vendus ont largement dépassés les prix d'estimation.

"Tout s'est extrêmement bien déroulé. Le produit de la vente a totalisé plus de 3 millions. Nous participons depuis plus d'un an aux ventes aux enchères à Miami et cela reste toujours des moments palpitants. De nombreux acquéreurs tant au téléphone, sur internet ou dans la salle regroupant des collectionneurs Turcs, Américains, Européens et Asiatiques. Encore un grand moment passé à Miami!!! ”  
Elodie Couturier co-fondatrice d'appraise art.com




Brigitte Respaut Clément
www.ofcoursemiami.com
email: ofcoursemiami@gmail.com

mardi 3 décembre 2013

USA : BULLE IMMOBILIÈRE AU BORD DE L'EXPLOSION ? PAS ENCORE SELON PETERCAM.


USA : BULLE IMMOBILIÈRE AU BORD DE L'EXPLOSION ? PAS ENCORE SELON PETERCAM.


Un des principaux dangers de la politique monétaire extrêmement souple de ces dernières années est que ‘l'argent gratuit’ mis à disposition par les banquiers centraux ne soit utilisé pour faire augmenter artificiellement les prix de toutes sortes d'actifs. En d'autres mots, que les banquiers centraux ne fassent en réalité qu'alimenter des bulles qui finiront inévitablement par éclater. Il suffit, pour se convaincre de l'ampleur du danger, de repenser aux répercussions de la bulle technologique durant la seconde moitié des années 90 et de la bulle immobilière au milieu de la dernière décennie. 

Néanmoins, détecter une bulle est aussi extrêmement difficile. Il existe ainsi clairement, dans le climat actuel, plusieurs éléments qui font penser à une bulle : prix des maisons qui augmentent de 10% par mois à Londres, Twitter qui voit son cours doubler dès son introduction en bourse, 100 millions d'euros pour des tableaux de Francis Bacon, succès spectaculaire de Bitcoin, … Aucun de ces développements ne semble présenter un quelconque caractère durable. Et même s’ils devaient se transformer en bulles, il ne s'agirait pas là de bulles susceptibles de faire dérailler l'économie mondiale lorsqu'elles éclateraient. Ce genre de bulle ne peut se développer que dans les grandes classes d'actifs, les suspects habituels dans ce cas étant le marché immobilier américain et les actions américaines.

Les prix des maisons aux États-Unis augmentent de nouveau rapidement. Depuis début 2012, les prix des maisons aux États-Unis ont augmenté de près de 20% en moyenne. Toutefois, la seule hausse des prix ne signifie pas nécessairement qu'une bulle est en train de se former. La hausse actuelle des prix des maisons fait en effet suite à la très sévère correction subie en 2007-2008. Dans l'ensemble, les prix des maisons américaines restent bien loin de leurs pics de 2006. Plus important, par rapport aux revenus disponibles des ménages, les prix des maisons sont pratiquement au plus bas depuis 30 ans. Comme toujours, il est fort possible qu'une certaine exagération au niveau des prix des maisons se développe à nouveau dans certaines régions. Mais globalement, le marché immobilier américain reste très loin de la bulle. Plusieurs nouvelles années de hausse soutenue des prix pourraient certes rapprocher le marché immobilier d'une bulle, mais cela n'est clairement pas le cas pour le moment.

Investir dans l'immobilier aux États-Unis reste donc un des investissements les plus rentables et prometteurs. On peut investir par des achats immobiliers directs ou en achetant des parts de fonds d'investissements. Investir à l’étranger reste cependant une tâche complexe qui doit être confiée à des professionnels afin d’éviter des pièges et afin de pouvoir profiter de nombreux avantages patrimoniaux et fiscaux.


Jean-Marc Goossens 
Avocat - Attorney

lundi 2 décembre 2013

Investir à Miami dans les appartements en pré-construction (VEFA): le pour et le contre

Acquérir un appartement a Miami :

Le Choix entre le Neuf (pré-construction) et le récent/Revente d'appartements déjà construits et habités

I. Immeubles neufs

Encore plus beaux, encore plus hauts, toujours plus luxueux, les buildings poussent à  Miami   comme des champignons.
174 nouveaux buildings arrivent sur le marché d’ici 2017 avec près de 22 600 appartements ...

Il y a en général quatre formes de commercialisation des immeubles neufs :

-1) Immeuble déjà construit

-2) Immeuble en cours de construction

-3) Immeuble en projet de construction et dont le permit de construire a été délivré par les autorités compétentes avec bureau de vente sur le terrain

-4) Immeuble en projet, mais dont le permit de construire est en cours d'obtention et/ou pour lequel le promoteur a une option sur un terrain mais dont le projet n'est pas encore accepté par la mairie.

Pour les trois premières formes de commercialisation, les contrats de réservation sont relativement simples mais mon conseil est de vous faire aider dans tous les cas par un bon avocat immobilier qui saura lire et interpréter ce contrat et vous aidera à éviter des erreurs.
Pour la dernière forme (4) à fuir absolument, car vous n'avez aucune garantie que cet immeuble sera construit.

Dans tous les cas de figure demandez le nombre de réservations (%) en cours et renseignez-vous sur la façon dont le projet a été monte financièrement par le promoteur/développeur (prêt bancaire, financement des travaux etc.) et quelle quotité de réservation le promoteur doit-il atteindre afin d'obtenir de la banque le déblocage du financement nécessaire pour entamer et mener à bien la construction (le terrain ayant été, en général, acquit par le promoteur sur ses fonds propres).

Le pour:

-Vous bénéficierez de l'attractivité d'un projet de construction d'un immeuble neuf qui aura en général des parties communes aux normes Américaines, avec tous les gadgets et confort dernier cris en matière de domotique, de cuisines, de salles de bains, de piscines, de SPA et de lobby luxueux . A Miami c'est un peu la course au "toujours plus" en matière d'innovation de luxe et de design.

Je citerai comme exemple le Spa de l'Icon Brickell qui n'a pas encore été égalé à Miami, ou les ascenseurs automatiques qui montent et amènent votre voiture dans les garages de chaque appartement quel que soit l'étage ainsi que les piscines privées sur chaque terrasse du futur PORSHE Tower.
                                                  
-Vous profiterez en général, d'une remise promoteur sur le prix des appartements si vous êtes dans les premiers 50% à signer un contrat d'acquisition. Ce discount peut aller jusqu'à 20% du prix fixe. Il s’agit  donc d'un avantage financier non négligeable et d'une plus-value encore meilleure en cas de revente future.

-Vous aurez l'avantage d'avoir le choix de l’exposition, des vues, de l'emplacement dans l'immeuble et de l'étage de votre appartement.

-Vous aurez les garanties fabricants sur tous les appareils, cuisine, salle de bains et la garantie promoteur pour la construction. 


Le contre:

-Vous allez « essuyer les plâtres »comme on dit dans la profession et .......comme dans tous les pays du monde.

-Il faut avoir de la patience car même pour un immeuble en cours de construction, les retards de livraison sont très fréquents. Concernant un immeuble dont la construction n'est pas encore entamée, la livraison peut prendre 3 voire 4 ans.

-Vous ne ferez pas l'économie de quelques malfaçons à la livraison ou de désillusions sur les finitions.

-Il est important de bien se renseigner sur la réputation du constructeur et des projets qu'il a précédemment réalisés. Sélectionnez de préférence un promoteur connu et reconnu et/ou choisissez d'avoir de fortes garanties d'achèvement de travaux, et il est plus prudent de ne s'aventurer dans un achat dans du neuf et/ou en  pré-construction (VEFA en Français)  que lorsque l'immeuble est en phase de construction.
 Privilégiez les grands groupes solides, cependant cela ne veut pas dire qu'un promoteur plus petit et indépendant sera moins bon ou indélicat.

-Le très gros inconvénient des travaux et finitions interminables qui gênent à l'utilisation de votre appartement notamment pour la location éventuelle, des parties communes qui se salissent avec les travaux, des livraisons de meubles dans les appartements, des ascenseurs occupés sans arrêt par les entrepreneurs qui font les travaux de finitions dans les appartements. Par expérience vous vivrez avec cet inconvénient pendant au moins 1 an après la livraison des appartements.

-Le toujours plus : votre building perdra une partie de son intérêt (snobisme extrême) face aux nouveaux ou aux futurs immeubles arrivant sur le marché. L'effet de mode à Miami fonctionne même au niveau des nouvelles constructions.

-Des charges de copropriété non définies avec certitude. Lors de l'acquisition, le montant des charges n'est donné qu’à titre informatif sans aucun engagement.

II. Les immeubles dits anciens ( dont l’âge varie entre 5 ans et                          parfois 50 ans)

Le pour:

-L'immeuble est construit, visible et visitable, donc pas de surprise, ce que vous voyez est à vendre et vous pourrez en voir et les finitions et l'état. Ce n'est pas un catalogue ou un appartement témoins. Une inspection du bien est évidemment possible par un inspecteur licencié pour trouver les vices cachés quand il y en a.

-Les prix d'acquisition sont très inférieurs aux prix des immeubles neufs, ce qui peut être déterminant pour bon nombre de candidats acquéreurs. A qualité, surface, vue, prestations et quartier à peu près comparable, le prix peut aller jusqu'à 40 % de moins que dans les immeubles neufs.

-Une plus grande diversité d'immeubles et d'appartements dans les bons quartiers.

-Une sécurité plus accrue dans les contrats.

-Une sécurité absolue dans votre acquisition. Ce que vous avez choisi, vous êtes sûr de pouvoir l'acheter.

-Une sureté concernant les charges de copropriété, de même que les impôts fonciers, vous avez un recul qui prouve ces montants de charge.

-Une marge de plus-value latente très importante. Miami est classée 55ème ville au monde en matière de prix.

-Une disponibilité et/ou une rentabilité immédiate du bien que vous avez acquit, vous n'avez pas à attendre 2 ou 3 ans la livraison de votre appartement. Dans certain cas, il vous sera même possible d’acheter un bien déjà loué, vous offrant donc une rentabilité optimum.

A titre d'exemple: Au Saint Régis, immeuble prestigieux a Bal Harbour (quartier prestigieux de Miami), le prix moyen de vente était de $2,175 /square foot alors qu'il y avait dans le même temps 175 appartements disponibles à la vente, dans le même quartier, dans des immeubles plus anciens mais de standing à une moyenne de prix de $965 /square foot.


Le contre:

-La raréfaction des produits. Il n'y a environ que 8,000 appartements à vendre sur Miami actuellement, qui vont du très médiocre au très luxueux, et des quartiers très moyens aux meilleurs des quartiers.

-Appartements qui ont été déjà habités, ce qui veut dire très souvent des appartements à rafraîchir voire à rénover notamment au niveau des cuisines et salles de bains souvent obsolètes.

-Le choix des immeubles et des appartements est limite au stock qui est à vendre.

-Beaucoup moins de choix au niveau de l'étage et de l'orientation.

-Attention aux travaux de copropriété dans l’immeuble, qui peuvent être votés dans un futur non déterminé.

En conclusion ma préférence va donc aux immeubles déjà construits, mais dans de bons quartiers, ou en cours de construction en se garantissant de la solide réputation du promoteur.


Gilles Clément & Brigitte Respaut Clement
Tel : +1 305 934 2870

mardi 26 novembre 2013

lundi 25 novembre 2013

Immigrer aux Etats Unis avec un visa B-1 (prospection/affaire)

Visa Non-Immigrant B-1: Prospection/ Affaire


L’avis d’une experte : Marcelle Poirier Avocate d’immigration a Miami.


Le visa B-1 est demandé pour les personnes qui désirent séjourner aux Usa durant  une période de 180 jours consécutifs ou non consécutifs sur une période de 1 an. La durée du visa émis sur le passeport est à la discrétion  de l’ambassade. Le visa peut être émis pour 6 mois ou pour une période maximum de 10 ans.  Cependant même si le visa est valide pour 10 ans le détenteur de ce même visa a droit de séjourner un maximum de 180 jours par an sur le sol Américain.  Ce visa permet aux personnes d’affaires de venir aux Etats-Unis afin de prospecter pour des investissements commerciaux ou immobiliers, mettre en place un visa investisseur ou simplement voyager aux Etats-Unis par affaire.


Ce visa ne permet pas de travailler, mais seulement être présent sur le sol  Américain pour faire des études de marchés, des investissements ou organiser des réunions d’affaires. Les membres de la famille peuvent bénéficier du visa B-2 en capacité d’accompagnants mais les enfants n’ont pas le droit d’être scolarisés aux Etats-Unis.  A la fin du séjour autorise par la douane américaine, selon la date indiquée, sur le formulaire I-94 qui doit être imprime après votre arrivée aux Etats-Unis, une prolongation du séjour, si nécessaire,  peut être demandée, par la poste, a l’immigration américaine, et si la douane n’a pas indiqué de restrictions à l’entrée sur le territoire américain.


Ce visa est souvent utilisé pour les personnes qui veulent faire des affaires et  qui désirent venir régulièrement aux Usa. Les conditions d’obtention du visa sont :

1-le demandeur doit prouver sa résidence permanente et totale à l’extérieur des Etats-Unis ( Les preuves de résidence sont souvent sous formes de titre de propriété, bail, comptes d’électricité, téléphone, Tv, assurance, mutuelle etc.).

2-La preuve que le demandeur possède assez de fonds sur un compte bancaire lui permettant de vivre seul ou avec les personnes qui dépendent de lui pendant une période de 6 mois.

3-La preuve qu’il a un emploi à l’étranger ou est propriétaire de société. 
Il est très important de comprendre que ce visa est temporaire et le demandeur doit avoir l’intention de repartir dans son pays d’origine à la fin du séjour autorise.  Un dossier est préparé avec tous ces éléments et présenté à l’ambassade américaine. Le demandeur et les membres de sa famille ( de plus de 14 ans)  doivent se présenter à l’ambassade également pour une vérification d’identité et le demandeur devra répondre a quelques questions au moment de l’entretien à l’ambassade afin de bien préciser l’objet de ses voyages aux Etats-Unis.

Au moment de l’entrée à la douane américaine une déclaration de douane (couleur bleue) doit être présentée si la personne détient un visa B-1 et  il est important d’indiquer sur cette déclaration que le but du voyage est pour affaire et il faut impérativement détenir avec soi une preuve de retour. 

Il est important de bien noter que le visa B-1 émis dans le passeport par une ambassade ou consulat n’existe pas pour les  Canadiens, cependant déclarer le motif du voyage sur la déclaration de douane est applicable également pour les Canadiens.

Marcelle Poirier
www.marcellepoirier.com

Brigitte Respaut Clément
ofcoursemiami@gmail.com 

jeudi 21 novembre 2013

A savoir sur Miami


- Population Miami Beach: 87 925
- Miami: 409 719
- Floride: 18 251 243 (4ème aux Etats-Unis
- Superficie de Miami Beach: 18.7 sq mi (48.5 km²)
- Miami: 55.27 sq mi (143.15 km²)
- Visiteurs annuels: 8 millions pour  Miami Beach
- Surnoms donnés à Miami Beach : South Beach, SoBe, The Beach
- Température moyenne: 76º f (25º c) 
- Précipitations annuelles: 58.6 in (149 cm)
- Mois les plus humides: Juin & Aout
- Saison des ouragans: De Juin à Octobre



10 choses à savoir sur Miami:

1. Air le plus pur et l’eau potable de la meilleure qualité des Etats-Unis
2. La seule ville entourée par deux parcs nationaux: Everglades et Biscayne Bay.
3. Occupe le quatrième rang des Etats-Unis en termes de densité de population derrière New York, San Francisco, and Chicago.
4. Occupe le troisième rang pour trafic aérien derrière New York et Chicago.
5. Jamais les températures en dessous de zéro n’ont été enregistrées
6. Il a neigé qu’une seule fois : le 19 Janvier 1977
7. Possède la Seule plage publique autorisant les bains de soleil “top less” aux Etats-Unis
8. Les licences liées à la vente d’alcool en centre-ville 24/24h sont autorisées
9. A quinze pieds sous terre de Miami passe une source d’eau naturelle, la « Biscayne Aquifer », ce qui empêche la ville de construire un métro sous terrain.
10. Le Métro aérien est gratuit dans tout le centre-ville de Miami.


mercredi 20 novembre 2013

Location Vacance: Studio Sunshine sur South Beach


Studio Sunshine à louer au coeur de South Beach Miami

Ravissant studio dans un immeuble style art déco avec piscine.
TV, internet WiFi, air conditionné, cuisine équipée.

Location semaine, prix variable selon la saison 




Pour plus d'information veuillez nous contactez.

Brigitte Respaut Clément 
e-mail: ofcoursemiami@gmail.com
www.ofcoursemiami.com
Tél: +1 305 934 2870 

Location Vacance: Studio Ocean Drive


A Louer pour vos vacances à Miami.
Studio à loeur en saisonnier, sur OCEAN DRIVE, SOUTH BEACH.
Internet Wifi, TV, Balcon, Piscine roof-top, face à la plage, vue sur l'Océan.
entre $150 et $250 par nuit selon la saison 



Pour plus d'information, veuillez nous contacter.

Brigitte Respaut Clément 
@ ofcoursemiami@gmail.com
www.ofcoursemiami.com
Tel: +1 305 934 2870